Pages Menu
Facebook
Categories Menu
Fais pas cette tête

Fais pas cette tête

Parution 3 septembre 2014 – Fais pas cette tête n’est pas qu’un « recueil » de nouvelles, c’est un « véritable livre de nouvelles »… Avec une cohérence et une architecture littéraire, et non pas l’habituel collage, rapaillage de textes éparpillés au cours des ans et tout à coup « ramassés » pour en faire un soit disant livre… Jean-Paul Beaumier nous prouve que la nouvelle est un art et non pas qu’un simple divertissement.

 

D’une écriture sobre, précise, épurée, le cinquième recueil de nouvelles de Jean-Paul Beaumier nous plonge à nouveau dans un univers où les apparences sont le plus souvent trompeuses, où les communications sont difficiles, où la vie qui s’annonce, qui s’apprête à se déployer comme celle qui voit poindre les premières lueurs de la fin, nous rappelle la fragilité de toute existence. L’éphémère. Un univers empreint de doute et de tendresse. Fais pas cette tête, semble nous dire l’auteur, après tout, c’est la vie. 

 

Résumé
Fais pas cette tête, cinquième recueil de nouvelles de Jean-Paul Beaumier, regroupe dix-sept textes dans lesquels le lecteur est à nouveau plongé dans l’univers doux-amer de personnages auquel le nouvelliste nous a habitués. Une jeune fille qui vient de perdre sa mère craint de se faire percer les oreilles, un traducteur obsédé par la recherche du mot juste voit sa vie lui échapper, une femme met fin à une relation où le plaisir avait été banni, un homme tente maladroitement de recoller les morceaux de sa vie conjugale, un autre accueille dans son lit l’illusion d’une seconde jeunesse, un autre découvre le pouvoir de la littérature au moment de prendre sa retraite. Comme toujours chez Beaumier, les apparences sont trompeuses, la communication difficile, la hantise du temps qui fuit omniprésente. Et la tendresse qu’il éprouve pour ses personnages contagieuse. 

 

Extrait
Le spectacle venait à peine de se terminer et déjà les gens se levaient en toute hâte, se bousculant vers la sortie. De partout fusaient des appréciations dithyrambiques sur la soprano, les musiciens, le choix des pièces. Le public était conquis avant même le lever du rideau. Quelle voix ! Quelle présence sur scène ! L’interprétation était… sublime ! Rien de moins. Et les musiciens, grandioses ! Les commentaires dévalaient les escaliers au même rythme que les spectateurs. Pourquoi tant de hâte, me disais-je, pourquoi tant d’empressement à rompre le charme pour se retrouver sur le pavé avant de s’engouffrer de nouveau dans le flot de circulation ? Ne peut-on profiter du moment présent, chercher par tous les moyens à le prolonger, baigner le plus longtemps possible au milieu de cette foule en liesse ? C’est alors que je l’ai aperçue, glorieuse, tout sourire, la chevelure électrisée par l’énergie qui flottait autour d’elle, véritable amazone déferlant dans la cohue du moment en compagnie de l’homme qui tentait de l’escorter. Arrivée à ma hauteur, et avant que je n’aie pu me soustraire à son regard, elle s’écria : « Ah ! Il me semblait bien que je croiserais une connaissance ce soir. On ne peut assister à un tel spectacle sans y retrouver des âmes sœurs. » L’inévitable question allait aussitôt me harponner. Que devenais-je ?  Je n’allais pas y échapper. Je pris la première issue qui se présentait à moi et me fis l’écho de ses propres superlatifs : « Et toi, tu es rayonnante, que deviens-tu ? » 

 

Jean-Paul Beaumier : Nouvelliste, Jean-Paul Beaumier a publié quatre recueils de nouvelles aux éditions de L’instant même dont : Trompeuses, comme toujours (2006) et Dis-moi quelque chose (1998). Membre du comité de rédaction du magazine Nuit blanche et du collectif de rédaction de XYZ. La revue de la nouvelle, il a également fait paraître des nouvelles dans plusieurs anthologies, revues et collectifs. 

 

Communiqué de presse

Éditions Druide
Collection Écarts
   
Auteur:   Jean-Paul Beaumier
Genre : Roman
Pages : 136 pages
Prix : 17,95 $
   
Parution 3 septembre 2014
 
C1_JPBeaumier_150DPI

 

logo_druide