Pages Menu
Facebook
Categories Menu
Les corps extraterrestres

Les corps extraterrestres

Parution : 4 novembre 2015 – Si le roman vise à dépeindre le monde existant, celui-ci souhaite montrer que le monde dans lequel on vit est parfois plus complexe que ce que rapporte le discours dominant. Pas question ici d’inventer un monde (meilleur ou pas), mais plutôt de rendre compte de quelque chose, d’une certaine réalité, trop souvent laissée pour compte.

 

LE RÉSUMÉ 
Écrit dans une prose simple mais minutieuse aux contours existentialistes, ce roman s’intéresse aux blasés magnifiques et à leurs quotidiens parfois bien plats, sans aspérités, parfois rocambolesques et invraisemblables. Lorsqu’ils s’endorment chacun de leur côté, Xavier et Hollywood se retrouvent dans des chambres d’hôtel puis à Montauk, dans une maison sur la plage, sans trop savoir pourquoi ni comment ils y ont été transportés. Si c’est l’été chez l’un, chez l’autre la neige ne veut plus cesser de tomber. À Montauk, toutefois, il fait toujours un peu frais, et il y a du blé et des oiseaux. Des États- Unis à l’Espagne en passant par la Grande-Bretagne et le Canada, l’histoire n’a de cesse de se répéter tout en se renouvelant à chaque détour. Les personnages s’accrochent à la poésie et aux mots afin d’essayer, chacun à leur manière, dans toute leur inaptitude à être au monde, de ne pas se laisser complètement aller à la folie.

 

L’EXTRAIT 
Je ne suis rien d’autre qu’un blasé magnifique. Et c’est tout comme si je n’habitais nulle part. 
   Si parfois les mots sont insuffisants pour exprimer le malaise, j’ai l’impression que le dessin pourrait y parvenir. Un dessin au plomb, réalisé avec un crayon tout simple, à la mine grise. Un crayon HB comme ceux qu’on nous faisait acheter à l’école primaire. Avec un peu de pratique j’arriverais peut-être à créer cette image qui voudrait tout dire : on y verrait en arrière-plan des édifices de brique aux fenêtres illuminées. La rue, déserte, serait éclairée par une série de lampadaires qui jetteraient sur le trottoir des ronds de lumière semblables à ceux qu’on utilise sur la scène pour éclairer un acteur en particulier. Puis il y aurait moi, qu’on verrait de dos ; je serais debout sous le seul lampadaire qui ne fonctionne pas, dans l’ombre.

 

L’AUTEUR 
Photo_Pierre-Luc Landry1_couleur_BR@Maxyme G DelislePierre-Luc Landry détient un doctorat en études littéraires de l’Université Laval et enseigne la littérature et la création à l’Université d’Ottawa. Il est membre fondateur de la revue numérique de création et de réflexion Le Crachoir de Flaubert, pour laquelle il a assumé plusieurs tâches de direction jusqu’en 2015. Son premier roman, L’équation du temps (Druide, 2013), a été finaliste au Prix des lecteurs Radio-Canada et a fait partie de la présélection du Prix littéraire France-Québec en 2014.

 

 

Communiqué de presse
Couverture haute résolution
Photo de l’auteur

Éditions Druide
Collection Écarts
   
Auteur :   Pierre-Luc Landry
Lieu de naissance : Thetford Mines, Québec
Lieu de résidence :

Ottawa, Ontario

   
Genre : Roman
Pages : 230 pages (à confirmer)
Prix : 24,95 $ 
   
Parution : 4 novembre 2015 
 
C1_Les corps extraterrestres_HR

 

logo_druide